Université Populaire et Citoyenne de Roubaix
< 35/43 >

Assemblée générale du Collectif de l’Union, le compte-rendu

Toutes les informations sur les actions et la mobilisations du collectif de l’Union, Voir le blog de l’Union : http://upc-roubaix.org/spip.php?rubrique6

Sont présents : Benoît Boutry, Réjane Poyer (UPC), Christian Carlier, Bruno Matteï (UPC), Gilbert Pringuet (Comité de quartier du Cul de four), Gilles Huchette (HEP à l’Union), Jeanne Balcaen (HEP à l’Union), Pierre-Emmanuel Pessemier (HEP à l’Union), Pierre De Sariac (Cense de la Tossée), Vincent Boutry (UPC), Claude Beghein (UPC), Majdouline Sbaï (UPC), Pierre Six (Comité de contribution FPH/Entrepreneur) Bouzid Belgacem (UGT/AASPT), Vincent Helleboid (Agence Noyon), Mathilde Wybo (UPC/IRHIS), Caroline Lejeune (UPC/CERAPS), Hugo Bouquet (UPC), Hamza El Kostiti (UPC), Ali Rahni (UPC), Pierre Wolf (UPC), Denise Bouchez (Cense de la Tossée), Maurice Vidrequin (UGT/AASPT), Serge Destoop (Mémoire de l’Epidème), Fanny Dupperray (Science Po. Lille), Anne-Sophie Danjou (Jardin de Traverse), André Wallecan (Cense de la Tossée), Chantal Rémael (Choeur de Femmes), Elisabeth Marrant (HEP à l’Union).

Les volontaires Service Civique de l’UPC : Samir Belgacem, Safia Belgacem, Lougrada Nawal, Nabil Lagraa, Zoubeyda Zebali, Hakim Zeggah, Slimane Hamidi, Sarah Laib, Robert Joly, Ryad Laamari, Baptiste Bouchez, Lina Belgacem, Akim Mezine, Djemila Bensalem, Malik Belgacem.

Voilà un an que la nouvelle version de l’Atelier Public existe. Cet espace de participation permet la montée en qualification des acteurs, le montage de projet, l’échange d’informations et la rencontre des personnes mobilisées, intéréssées par le collectif de l’Union ou sympathisant de l’association. L’Atelier Public fait l’objet d’une plus grande médiatisation, ce qui lui permet de rassembler toujours plus de personnes chaque premier lundi du mois. Aujourd’hui cet Atelier est consacré à l’assemblée générale du Collectif de l’Union.

Le rapport d’activité, le rapport moral et le rapport financier ont été mis à la disposition des participants de l’assemblée générale. Cette assemblée générale a été l’occasion de faire le bilan des actions menées par le Collectif de l’Union.

Le Premier Pull de Nordelaine, c’est pour bientôt !

L’Association des Anciens Salariés du Peignage de la Tossée (AASPT) a changé de président, Maurice Vidrequin a été élu Président. Bouzid Belgacem devient salarié comme médiateur « solidarité-emploi » avec Rachid Khacer.

Le premier pull Nordelaine (nom de la future coopérative de production) sera comercialisé en décembre. L’association a rencontré l’entreprise Duger pour produire ce premier pull. Ce sera un pull 100% laine. Des contacts sont entrepris avec la Bergère de France pour colorer le fil ainsi qu’avec des stylistes et des jeunes créateurs. Le pull de l’UGT aura un cachet bio, éthique Made in Roubaix-Tourcoing.

Une exposition : La route de la laine

Les anciens de la Tossée organise un exposition appelée La Route de laine. Le Printemps de la Tossée a lancé en 2006 la première exposition. Elle avait rassemblé plus de 6000 visiteurs en quatre semaines. En 2013, La Route de la laine sera un lieu des rencontres, de découvertes des machines, de débats, et d’expression artistique.

Service Solidarité Emploi à la conciergerie

Actuellement, les permanences des AASPT se déroulent au Pont-Rompu pour recevoir des anciens salariés, pour les aider sur le calcul de la retraite, sur le logement. Ces permanences contribuent à maintenir les liens entre les anciens salariés. Par ailleurs, l’association apporte une aide psychologique et les aide à se battre pour qu’ils retrouvent leur dignité et des emplois. « Ces femmes et ces hommes qui ont contribué à l’essor économique de notre pays, ils ne peuvent pas être oubliés par les collectivités locales et l’Etat ». Une antenne « solidarité-emploi » va être ouverte à la conciergerie en partenariat avec la Ville de Tourcoing , dans ce sens.

Un architecte travaille sur la réhabilitation et l’extension de la conciergerie. Une maquette est en cours de réalisation. La conciergerie accueillera le siège de l’Association des Anciens Salariés du Peignage de la Tossèe (AASPTT). On pourra y voir les objets sauvés par l’association. 2200 élèves et des centres sociaux sont déjà venus visiter le musée.

Les Cafés Citoyens

Quatre cafés citoyens ont été organisés en 2011. Le dernier s’est déroulé à Halluin. L’objectif des cafés citoyens est d’aller dans chaque ville à la rencontre de la population pour faire parler du textile. (pour plus d’infos voir : http://upc-roubaix.org/spip.php?article117)

La Cité Régionale des Gens du Textile

Le projet est très global : 1° un lieu de mémoire, 2° la chaîne de production Nordelaine, 3° un tricotage main, 4° Une cantine-bistrot (restauration avec des produits du terroir), 5° une salle des fêtes, 6° une Université Populaire... Ce projet est cohérent avec l’ensemble des projets du collectif.

Du concret pour la Cense de la Tossée !

Pierre de Sariac, avant de commencer sa présentation, a salué la désignation du bassin minier comme patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est une belle réussite pour le bassin minier et le travail des élus.

De la fête des jardins à l’îlot Rossini en passant par le paysage de l’Union , la Cense de la Tossée a suivi le club des partenaires animé par LA SEM Ville Renouvelée, aménageur de l’Union. Le club des partenaires est un lieu de participation autour de l’écoquartier de l’Union. Il se réunit régulièrement à la Plaine images.

La Fête des jardins

L’association participe au sein du club des partenaires à un projet de fête des jardins avec les Saprophytes. Un festival est en cours d’organisation pour le printemps 2013. L’objectif de la fête des jardins est d’aménager, de soutenir des jardins sur des délaissés urbains ou de conforter des jardins existants. Un appel à projet « jardins » sera lancé par la SEM VR pour la gestion des jardins retenus autour de l’Union. Chaque association du collectif est invitée à se positionner sur les jardins.
La Cense est membre du club des partenaires. Elle a d’ailleurs suivi depuis 2010 le choix du paysagiste du parc urbain de l’Union. L’association a donc participé à la définition de l’Avant-Projet du parc urbain. Pierre de Sariac a annoncé que, s’il y a du jardinage, ce sera à la marge du projet, c’est pourquoi il faut continuer et rendre concret le projet de ferme urbaine.

L’îlot Rossini

Au Cul de four, la Cense de la Tossée souhaite contribuer à la réhabilitation du terrain de l’îlot Rossini. L’association a participé depuis début 2012, aux réunions de consultation pour prévoir la gestion transitoire du site avec le conseil de quartier nord de Roubaix, le comité de quartier du Cul de four, etc. Actuellement, la SEM VR met en bon état les parcelles et démolit les derniers bâtiments. Il reste encore 75% des terrains à niveler pour se mettre « en ordre de bataille » et aménager des parcelles de jardins partagés ou familiaux et installer une zone de compostage, comme le prévoit la Cense de la Tossée.

Cette première initiative sur l’îlot Rossini permet de lancer le projet et d’initier quelques démarches avec d’autres acteurs du quartier :
« L’ilot Rossini est une opportunité à saisir ».

Une étude de faisabilité socio-économique

La Cense de la Tossée réalise actuellement une étude technico-économique pour évaluer le projet de ferme urbaine. Menée par un paysagiste, Vincent Helleboid (agence Noyon) qui par ailleurs est aussi agriculteur dans la région, l’étude évaluera la faisabilité d’une coopérative de gestion des espaces paysagers de l’Union (ses besoins de surfaces, le nombre d’emplois potentiels, les retombées économiques, la production maraichère etc.).

Ce travail est un outil essentiel pour lancer le projet. La première phase de travail sera la collecter du terreau (Qu’est-ce qui existe déjà ?, Qu’est-ce qui existe à l’étranger en projet de production maraichère en ville ? Quels sont les acteurs et les experts locaux pour aider le projet ?) La deuxième phase sera de proposer des scénarios à partir des besoins de la ferme pour définir les statuts. Enfin, la troisiéme phase sera de déterminer les choix de l’association, et de restituer publiquement le projet de ferme urbaine à l’Union.
Pierre rappelle que le paysage s’étend sur une surface de 9 hectares. L’objectif est de proposer une structure d’entretien qui s’occupe de la gestion et de la sécurisation des lieux. La revendication principale est de gérer les espaces paysagers pour produire en ville une alimentation locale afin de s’adapter à la crise écologique et aux catastrophes à venir comme l’explique Pierre de Sariac : « Un volet important, c’est la nutrition, l’alimentaire, (...) obésité, diabète il y a une éducation à faire et une production de produits frais à réaliser (…) On n’est pas dans une optique de croissance et dans le collectif de l’Union, nous avons une orientation stratégique pour faire face à la crise écologique ». Pour cela, l’association essaye de montrer que la ferme urbaine est un projet économique réaliste pour faire face au défi alimentaire.

Enfin, Pierre rappelle que le défi que pose la SEM VR au collectif de l’Union est de se professionnaliser dans le montage de projet pour être intégré à l’écoquartier. Tant que le collectif de l’Union n’aura pas démontré que ses projets sont des entreprises coopératives viables et d’intérêt public, la SEM VR n’entend pas placer certaines parcelles en réserves foncières.

Les premiers logements de HEP à l’Union : un pré-projet avancé, une parcelle prévue

L’objectif de HEP à l’Union, présenté par Gilles Huchette, est de construire un îlot d’habitations partagées. Le groupe a travaillé sur un pré-projet dans lequel il a défini ses intentions. La deuxième étape est de mobiliser un architecte pour dessiner les premières esquisses et aller voir un bailleur pour construire le volet financier de l’opération. Le choix d’un architecte est programmé pour la rentrée ! Ensuite, l’association envisage d’aller voir un bailleur pour engager avec lui les modalités de mise en œuvre et programmer la validation des engagements de la SEM VR sur le terrain. Affaire à suivre...

Le Projet

Une première forme de projet a été présentée à la SEM VR pour envisager les parcelles où pourraient se construire les logements : une parcelle derrière l’Atelier Electrique de 3000m2 est envisageable. Tout dépend du nombre d’habitats. Les surfaces évoluent aussi en fonction du nombre d’habitants. L’association a un objectif de densité. Ces éléments doivent être encore discutés.

L’association souhaite une architecture en terre crue et en bois (coût faible, propriétés thermiques). Le projet pourrait s’inspirer des chantiers participatifs.
L’ouverture sur le quartier

L’habitat sera élargi à d’autres activités (bibliothèque, etc.) et pourrait s’ouvrir vers l’extérieur avec la présence d’une buvette. Sur le vivre ensemble, l’association insiste sur la mixité sociale à définir avec un bailleur. L’objectif est d’ouvrir au plus large le projet. En attendant, des visites de parcelles vont s’organiser pour inviter les gens à se joindre au projet. Les balades de l’Union, organisées par l’UPC et le collectif de l’Union, seront l’occasion de visualiser les intentions de HEP à l’Union.

Les principes de HEP à l’Union

L’association se base sur quatre grands principes :

  • Construire et habiter écologiquement,
  • Vivre ensemble – vivre avec les autres,
  • Consommer de façon plus durable,
  • Etre ouvert sur l’extérieur.

Elle souhaite mutualiser les savoir-faire pour réduire l’usage de la voiture, des outils, du matériel. Elle souhaite également rendre accessible à tous ce type de logements.

L’Université Populaire et Citoyenne de Roubaix : l’aide technique du Collectif de l’Union

L’Université Populaire et Citoyenne est membre fondatrice du collectif de l’Union. Depuis 2009, l’association est une aide technique du Collectif de l’Union. Pour cela, trois salariés travaillent sur l’Union et avec le Collectif.

Hamza El Kostiti, animateur socio-politique de l’UPC, présente son action. Son rôle est d’être à l’écoute des membres du Collectif de l’Union, des structures sociales des quartiers, de la population des quartiers autour de l’Union ; d’observer et de s’approprier les besoins du Collectif de l’Union ; d’appuyer les acteurs locaux s’ils en ressentent le besoin sur des actions spécifiques dans leurs quartiers et/ou en lien avec l’Union. Depuis que l’Atelier Public du Collectif de l’Union est installé à l’Atelier électrique, rue de la Tossée, il y a une plus grande mobilisation. Cet espace permet donc d’avoir un lieu ouvert sur le quartier et une visibilité sur le territoire. L’objectif du travail d’Hamza est de participer au dynamisme du Collectif de l’Union, de porter une parole autonome et d’avoir un esprit critique. Hamza assure ainsi une animation dynamique et politique du Collectif de l’Union.

La mobilisation des quartiers, c’est parti !

Cette action a démarré depuis un an auprès des acteurs locaux (centres sociaux, conseils de quartier, associations locales). Le Collectif de l’Union, appuyé par 15 jeunes en service civique, sera présent sur les marchés des trois villes et anime des balades à l’Union. Hamza gère et anime la mobilisation des quartiers de juillet à octobre. L’objectif est d’accompagner la population locale à l’arrivée du projet et de lui apporter les informations et les outils pour développer ses capacités à se projeter tout en construisant des projets. Les services civiques sont déjà à l’œuvre. Ils ont construit les maquettes des trois projets du Collectif de l’Union pour animer les marchés.

Rendez-vous au Forum Ouvert de l’Union les 15 et 16 Septembre 2012

Vincent Boutry, directeur de l’UPC, présente le Forum ouvert. Le Collectif de l’Union, l’Université Populaire et Citoyenne et la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités (MRES) organisent le premier Forum ouvert de l’Union les 15 et 16 septembre prochain. L’objectif du forum ouvert est de laisser la liberté aux participants de fixer eux-mêmes l’ordre du jour, d’organiser et de restituer les ateliers, de déterminer leur niveau d’engagement. Le forum ouvert de l’Union permet ainsi de créer une assemblée ouverte à tous autour d’une question principale :

Quelles solidarités construire à l’Union pour surmonter les crise écologiques et économiques ?

Lors de ces deux jours de mobilisation, nous proposerons des plans d’actions pour l’aménagement de l’Union et d’autres actions sur le territoire métropolitain. L’écoquartier de l’Union concerne toute la métropole lilloise puisqu’il est l’écoquartier pilote de la métropole lilloise et depuis novembre 2011, le premier Ecoquartier national.

Des projets de recherches en cours et à suivre

Mémoire de recherche sur la participation citoyenne dans le projet d’écoquartier à l’Union. Master 1 Lille 3

Réjane Poyé a rédigé son mémoire de Master 1 à Lille 3 sur la participation citoyenne dans le projet d’écoquartier de l’Union. Elle a présenté au collectif son héritage participatif urbain. En effet, le collectif de l’Union hérite des luttes urbaines de l’Alma-Gare et de la mobilisation environnementale du Collectif Canal, ces deux mobilisations étant très proches du territoire de l’Union. Cette histoire urbaine est une des forces de la mobilisation du collectif de l’Union.

Projet de recherche Vers un nouvel esprit de la démocratie. Concertation instituée et mobilisation citoyenne autour de l’aménagement de l’écoquartier de l’Union dirigé par l’UPC et le Centre d’Etude et de Recherche Administratives Politiques et Sociale (CERAPS)

Caroline Lejeune présente ce projet inscrit dans le programme de recherche « Concertation, Décision et Environnement » du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

Elle a insisté sur le partenariat entre la SEM Ville Renouvelée (SEM VR) et le Collectif de l’Union concrétisé par la convention de partenariat. Cette convention est une reconnaissance des activités de l’association.

De plus, elle a présenté le club des partenaires. C’est un dispositif de participation et de consultation des acteurs locaux (associations, conseils de quartier, entreprises, experts locaux). Cet espace de participation organise des groupes de travail : fêtes des jardins, parc urbain et organisation des assises de l’Union. Les associations, membres du Collectif de l’Union, sont très présentes dans le dispositif de participation. Ainsi, la participation autour du projet est très diversifiée : participation et consultation par la SEM VR, construction de projet par le Collectif de l’Union, expertise environnementale par l’Atelier Quartier(s) Nature.

De plus, nous pouvons observer l’évolution des revendications du Collectif entre 2005 et 2012. En effet, le collectif, d’abord très axé sur des revendications traditionnelles (emploi, logement), s’est progressivement approprié les thématiques du développement soutenable en construisant des projets : agriculture urbaine, économie locale, habitat alternatif. Enfin, l’évaluation du projet de l’Union en partenariat avec le SUDEN (Substainable Urban Development European Network) est en cours de réalisation et sera restituée pendant le dernier trimestre 2012.

Rapport d’activités, compte de résultats, renouvellement du CA : les obligations légales

Le rapport d’activités est adopté à l’unanimité par les participants de l’Assemblée générale.

Gilbert Pringuet, en tant que trésorerier, présente le compte de résultats 2012 qui fait apparaître un excédent de 92,14 euros sur un budget total de 68129 euros. Les dépenses sont essentiellement les prestations de services de l’UPC (38000 €) et de TeM (17000 €). Les produits sont les subventions de la SEM VR (48 000 €) et du Conseil Régional (20 000 €).

Le rapport financier est adopté à l’unanimité et l’excédent affecté en report à nouveau.

Denise Bouchez est élue au CA au poste de trésorière à l’unanimité. Le reste du CA reste inchangé.

PDF - 360.5 ko
Spip | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0